Veuillez mettre à jour votre lecteur Flash

Sabalan nécessite le lecteur Macromedia Flash, version 8 ou plus. Vous pouvez le télécharger ici.

Si vous possédez déjà le lecteur Flash 8 ou plus, cliquez ici pour forcer le chargement du site.

Notre association rassemble des personnes qui sont à la fois attachées à la culture française et à la culture iranienne. Elle s’inspire de ces deux mondes différents et c’est ce qui lui permet de porter un regard spécifique sur le monde.
Nous nous considérons comme faisant partie intégrante de la société française...

En savoir plus

Agenda Sabalan

Association socioculturelle des Iraniens en France

Culture | posté le 05.11.2011

Taper un titre pour l'image



Chers amis,

Nous avons le plaisir de vous informer de la projection du film "Miroirs d'Exil" réalisé par monsieur Ali BADRI et en sa présence, Dimanche 27 novembre 2011. Le film est en français et en persan (sous-titré en français). Ci-joint les affiches (en français et en persan) de cet événement.


Ce film est une invitation à la découverte d'artistes, d'écrivains et d'intellectuels, exilés d'Iran, et qui ont choisi la France. Ils nous font partager leur expérience de

l'exil. Ils nous disent pourquoi et comment ils ont dû partir. Ils posent un regard sur leur pays d ' a c c u e i l. Ils nous montrent ce que l'exil a transformé dans leur vie et dans leur oeuvre, en quoi eux-mêmes ont changé et comment ils vivent le choc entre les deux cultures, celle de leur pays d'origine et celle d e leur pays d ' a c c u e i l. Cette « interculturalité » leur a-t-elle apporté ? Ou bien les a-t-elle brimés ? Ou les a-t-elle libérés ? Chacun a son expérience particulière.L'exil a d e multiples facettes que le film cherche à mettre en lumière.


Pour le Conseil d'administration de l'IRAN ASC - Comité des activités artistiques - Behdad SABET AZAD

Événements Sabalan | posté le 18.10.2011

Taper un titre pour l'image

REALISATEUR
Reza SERKANIAN
ACTEURS
Dariush ASAD ZADEH, Fabrice DESPLECHIN, Hossein FARZI ZADEH, Clotilde JOULIN, Mahnaz MOHAMMADI, Javad TAHERI
SYNOPSIS

Une société qui étouffe les désirs et les aspirations individuelles. Une relation entre le jeune et fougueux Kazem et sa belle-soeur Mariam. Une ville iranienne où se pratique une coutume étrange : le mariage à durée déterminée.

A contre-courant des vents qui soufflent entre l'Iran et l'Occident, Reza Serkanian, réalisateur franco-iranien, entreprend en 2006 de réaliser un long-métrage dans son pays d'origine. Plusieurs années d'âpres tractations ont été nécessaires pour pénétrer le système iranien et parvenir enfin à un assouplissement au printemps 2009.

Œuvre exemplaire d'un combat de quatre années mené entre la France et l'Iran, Noces éphémères a réussi ses défis :

- Rester fidèle à un scénario primé en France (Prix Sopadin - Prix France Culture 2007), malgré toutes les pressions,
- Aborder la question du désir, la place des femmes dans la société iranienne,
- Traiter du mariage à durée déterminée, mystérieusement si méconnu à l'étranger.

Reza Serkanian nous fait entrer au coeur de la société iranienne, déchirée entre modernité et tradition, entre aspirations et moralité. Avec subtilité et retenue, il nous parle de l'Iran, préférant toujours la profondeur et l'authenticité à l'écume médiatique de notre vision de ce pays.

Noces Ephémères a fait cette année l'ouverture de la sélection ACID au Festival de Cannes (avec Costa-Gavras faisant une présentation), où il a reçu un accueil enthousiaste.

http://www.lacid.fr/films-soutenus/noces-ephemeres-ephemeral-weddings

ایران خوزستان تلاش کودکان بختیاری برای مدرسه این یعنی فقر و تبعیض

Culture | posté le 14.10.2011

- CONCERT DES MUSIQUE DU MONDE .

Culture | posté le 14.10.2011

Entrée Libre
ورود برای همه رایگان است Organisée par le Conseil des résidents du Paris 15 ième
la Fête des Continents
- CONCERT DES MUSIQUE DU MONDE .
- Défilé de mode .
- Groupes folkloriques .
- Projection de courts métrages .
-buffet de dégustation des saveurs des 5 continents .
SAMEDI 15 0CTOBRE 2011
de 17h00 à 21h00
Concert de """"DEL ba """DEL " à 17h 15
Rencontre de la musique "Persane" et "Indienne"
Une fusion musicale harmonieuse et une découverte inoubliable à ne pas manquer Adress: SERRE DU PARC ANDRE CITROËN
Entrée rue Balard - Esplanad Andrée Chamson
Métro : Javel Andrée-Citroên ( ligne10) ou Balard (ligne 8)
le Tramway : Pont du Garigliano
Gare du Boulevard Victor - Pont du Garigliano - ( RER C )

کنسرت گروه دل با دل در ساعت هفده و پانزده دقیقه آغاز میگردد. با آرزوی شادی سپاسگزارم

association SEDA et NOROUZ International
"Del Ba Del"

Un mélange de parfums qui va vous enivrer.Laissez- vous séduire

VOYAGE A TRAVERS 1000 ANS DE POESIE PERSANE

Événements Sabalan | posté le 11.10.2011

RENDEZ-VOUS DU PRIX DU JEUNE ECRIVAIN

SAMEDI 22 OCTOBRE

20 h 30

Théâtre Municipal de Muret


Voyage initiatique avec Sorour Kasmaï, romancière iranienne.

Lectures dans leur langue d’origine et en français de poèmes persans par Réginald Huguenin, comédien.

Mélodies classiques persanes et compositions originales interprétées par Pierre Blanchut au Santor (cordes frappées) et Bruno Talavéra au Zarb (percussions).

Signatures de ses deux romans par Sorour Kasmaï.

Coproduction PJE - Ville de Muret - Association Sabalan

Entrée : 10 € - 5 € pour les adhérents du PJE et de l’Association Sabalan.

Gratuit pour les étudiants et les demandeurs d’emploi.

CECI N'EST PAS UN FILM

Culture | posté le 11.10.2011

Un effort de Jafar PANAHI et Mojtaba MIRTAHMASB - Iran 2001 1h15mn VOSTF - avec Jafar Panahi, Mojtaba Mirtahmasb, une voisine, son chien, un iguane, un gardien d'immeuble remplaçant...

Du 28/09/11 au 17/10/11

Ceci n'est pas un film. Et pour cause : la « justice » a frappé Jafar Panahi d'une interdiction de réaliser des films, d'écrire des scénarios, de voyager à l'étranger ou de donner des interviews à des médias locaux ou étrangers durant les vingt prochaines années… Ceci n'est donc forcément pas un film. C'est un acte de résistance, un réflexe de survie, un pied de nez d'une folle insolence à la censure d'état.

« Chez lui, dans l’intimité de son appartement lumineux à Téhéran, Jafar Panahi convie son ami Mojtaba Mirtahmasb à le rejoindre d’urgence : il a besoin d’un alter ego pour entreprendre un film, sans être pour autant certain qu’au bout du compte l’essai sera transformé. C’est le risque à prendre et la raison pour laquelle cet étrange objet cinématographique et passionnant a pour titre : Ceci n’est pas un film. Manière de dissuader la censure, manière aussi de dire qu’il est en quelque sorte l’esquisse d’un film à faire, pour le moment impossible (car censuré), tant que la condamnation au silence pèsera sur les épaules du cinéaste Panahi.
« Mais ce dernier a un talent extraordinaire pour tisser un récit à partir de peu. Assis dans sa cuisine, il prend son petit déjeuner tout en parlant au téléphone avec son avocate. Ainsi les nouvelles du monde lui parviennent, et il nous fait l’amitié de nous les transmettre aussitôt en direct. A un moment, il raconte l’histoire d’un film qu’il aimerait réaliser, lit quelques pages du scénario et se met à mimer la mise en scène dans son salon, inscrivant les marques sur un tapis, délimitant l’espace, le champ et le hors-champ. Pur moment de mise en scène. Le cinéma, comme un rêve éveillé. Le cinéma, d’abord espace mental, virtuel. Jafar Panahi, mieux qu’un autre, vit et respire au rythme de cette idée, de cette pulsion.
« Seul chez lui, en compagnie de son iguane baladeur (en fait celui de sa fille Solmaz), méditant et rêvant, parlant à voix haute ou se taisant, Jafar Panahi avec nous, et nous avec lui : nous appartenons au même monde.
« On ne dira jamais assez l’impact positif des petites caméras numériques qui permettent à ce genre de film d’exister pour trois francs six sous, avec une image impeccable, un son tout à fait convenable. Le film de Jafar Panahi et Mojtaba Mirtahmasb est sorti d’Iran dans une clé USB [bientôt en Vidéo En Poche !] cachée à l’intérieur d’un gâteau qu’une femme a transporté jusqu’à Paris. C’est ainsi que le film fut transmis au Festival de Cannes qui prit l’heureuse initiative de le programmer. Le Festival de Cannes sert à beaucoup de choses, mais aussi à protéger les cinéastes en danger. »

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 |